Estevan Delaunay : “ Sagan m’a donné envie de rouler ”

Estevan Delaunay : "Sagan m'a donné envie de rouler"

On se retrouve aujourd’hui avec le vainqueur du Trophée Madiot 2020 mais aussi lauréat du vélo d’or cadet. Junior 1, Estevan Delaunay n’a pas toujours vu le cyclisme comme une évidence. “ J’ai commencé la compétition en minime 2 à l’ASPTT Châteauroux. Avant ça, j’ai pratiqué de nombreux sports : tir à l’arc, badminton, basketball, athlétisme. Mais aucun de ces sports ne m’a convaincu même si j’aimais bien la course à pied. Il me manquait quelque chose. Et puis en 2016 j’ai regardé le Tour de France et il y a eu un déclic. J’étais fasciné par la beauté de la course, et surtout par Peter Sagan. C’est lui qui m’a donné envie de faire du vélo. Il dégage quelque chose en plus que les autres. Avec lui, on a l’impression que rien n’est impossible. Il sait tout faire sur son vélo. ” 
Cependant, bien qu’il ait commencé le vélo en Minime 2, il a goûté bien avant au plaisir du vélo. “Depuis que j’ai 7 ans, j’ai toujours fait un peu de VTT le dimanche. Avec mon père on rejoignait un groupe d’une quinzaine et on faisait des randonnées VTT. ” 

Une année 2020 mitigée pour Estevan

L’année dernière fut une année faite de haut et de bas pour lui. “J’ai bien commencé en gagnant à la maison à Châteauroux pour la première course de la saison en Mars. Puis il y a eu le confinement et je n’étais pas au top psychologiquement. Je fais du vélo pour la liberté que cela procure et pour faire de la compétition. Donc rester enfermé chez moi sans course fut compliqué. Il a donc fallu que je me remotive pour la reprise de la saison.” Et la suite de la saison lui a sourit. Estevan a pu exprimer ses qualités de sprinteur puncheur en remportant une victoire à Plougastel et deux deuxième place à Lapenty et au chrono de Rénazé. C’était sur les manches du trophée Madiot qui lui ont donc permis de remporter le classement général de l’épreuve et de marquer de précieux points au classement du vélo d’or qu’il a ensuite remporté.

La tête sur les épaules

En termes d’études, Estevan suit une première générale options Mathématiques, Physique et SES au sein du pôle de St Amand Montrond dans le Centre Val de Loire. “C’est sympa d’être dans un pôle comme ça. On est 18 cyclistes en tout. Pour l’entraînement, c’est mieux, ça permet de rouler en groupes et on a des moments réservés pour aller rouler. Cela m’a aussi permis de continuer de rouler cet hiver quand certains étaient confinés grâce au statut de sportif de haut niveau. ” 

Des objectifs précis pour Estevan

Lui qui s’entraîne sur les routes vallonnées du Berry comme avant lui un certain Julian Alaphilippe. Et ses ambitions sont comparables aux performances du champion Français. “Mon rêve ? Gagner le championnat du monde. C’est une course unique et surtout un maillot unique que tu portes toute la saison. Avec ce maillot tout le monde te reconnaît et te respecte. Mon autre rêve c’est de gagner une étape sur le Tour. Parce que le Tour, c’est la plus belle course du monde. Tout le monde est devant sa télé en juillet. ”

L’année prochaine, il va découvrir le niveau junior avec de l’ambition. “J’aurai à cœur de briller au niveau international que je vais découvrir avec l’équipe. Mais aussi au niveau national, ça va être sympa de découvrir la stratégie de course en équipe où chacun aura un rôle à tenir. J’espère être au moins une fois leader de l’équipe. Et pour ça il faut faire ses preuves dans cette nouvelle catégorie.” 

Catégorie dans laquelle il découvre un nouveau mode de fonctionnement. “Il y a un super suivi avec mon entraîneur Alex (Pacot). On s’appelle toutes les semaines pour savoir comment je vais, aussi bien sur le plan sportif que sur le plan scolaire et social. A partir de cela, il adapte mon entraînement. Je peux aussi lui mettre des commentaires sur mes sorties sur la plateforme TrainingPeaks, ça permet de gérer la forme au mieux.” 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *