Tristan Poucet : "une famille du vélo"

Nous retrouvons aujourd’hui notre Nordiste Tristan Poucet. Junior, il est licencié au Team Avesnois. Issu d’une famille de cycliste, il était donc logique pour Tristan de faire du vélo. “ Mon père, mes oncles, mes cousins : ils font tous du vélo. Donc j’ai toujours baigné dedans. Et puis un jour mon père regardait Paris-Roubaix et il y a eu le déclic. C’est quand j’ai vu Boonen voler sur les pavés pour s’imposer à Roubaix. Là, je me suis dit, moi aussi je veux faire du vélo. C’était en 2012, j’avais 9 ans et du coup j’ai commencé le vélo en pupille après avoir fait du judo et de la natation. ” 

L’école et le vélo sur un même pied d’égalité pour Tristan 

Au niveau scolaire, notre amoureux des classiques suit une première générale options mathématiques, SVT, physique. Il a surtout a une vision très réfléchie de ses études. “J’essaye de bien bosser. C’est aussi important que le vélo, parce que même si j’ai envie de passer professionnel dans le cyclisme, rien n’est assuré. Donc après le lycée, j’aimerais bien devenir kiné ou entraîneur pour toujours rester dans le sport. C’est indispensable pour moi.” 

Paris-Roubaix dans le coeur de Tristan

Vous aurez deviné sa course préférée, qui vient comme une évidence pour un coureur nordiste. “Bien sûr, c’est Paris-Roubaix. Parce que c’est la course qui m’a donné envie de faire du vélo. Elle est unique. Et comme les classiques en général, l’ambiance y est différente, c’est tout une atmosphère qui rend la course si particulière, et c’est pour ça que j’aime.” Paradoxalement son coureur préféré n’est pas un coureur de classique puisqu’il s’agit d’El Pistolero. Pourquoi Alberto Contador ? Pour une raison simple : “ son panache tout simplement .”

Et la suite pour Tristan ? 

Quand on lui parle de l’année prochaine, du passage en junior, Tristan Poucet est plutôt confiant. “C’est un passage super important dans la carrière d’un cycliste. Mais je pense qu’avec Alex (Pacot), mon entraîneur, on a bien préparé ça cet hiver. Je vois plus ça comme une année de découverte sans pression mais avec l’intention de bien faire. J’ai surtout envie de disputer Paris-Roubaix et les classiques avec l’équipe et d’y performer.” Il retrouvera l’équipe lors du stage de préparation à Camos en Espagne, mi-février. “J’ai hâte de retrouver toute l’équipe, on ne s’est pas encore réuni tous ensemble à cause du covid-19. J’espère que nous vivrons une belle saison 2021 ensemble. ”