Paris Roubaix 2022, victoire de Niels Michotte

196 jours après l’édition 2021, Paris-Roubaix est de retour en 2022, avec un parcours de 111 kilomètres pour un total de 29,2 kilomètres pavés, réparti en 17 secteurs. La course devrait être plus ouverte que l’année dernière où les conditions n’étaient pas favorables.

Les équipes engagées :

De belles équipes seront alignées au départ de Paris-Roubaix 2022. Ce sera principalement des équipes nationales et une équipe régionale. Seuls Cannibal Team et nous-même sommes invités parmi ses équipes. Retrouvez ici la liste des partants.

L’équipe alignée :

3 nationalités représenteront nos couleurs lors de cette édition. Léandre Lozouet sera sans aucun doute notre leader sur cette course grâce à sa 11ème place la saison passée. Alexandre Binggeli pourra se servir de ses atouts de cyclo-crossman pour avoir un rôle important pour l’équipe, tout comme Estevan Delaunay. Mathéo Barusseau a montré qu’il était à l’aise sur ce type de course comme le montre sa 8ème place à Kuurne-Bruxelles-Kuurne 2022. Matys Grisel connait bien les pavés et peut surprendre. Niels Michotte est l’un des coureurs les plus armé, il est très fort en ce moment.

Les interviews d’avant course :

Nos coureurs ont la chance de pouvoir prendre part à cette magnifique épreuve, certainement la plus belle du calendrier junior. L’épreuve s’annonce comme à son habitude intransigeante avec ses 110km et ses 29km de pavés. L’équipe de Belgique semble la plus forte sur le papier avec 3 coureurs potentiellement vainqueurs, mais d’autres coureurs sortent aussi du lot. Nous avons une bonne équipe en forme qui peut réaliser quelque chose.

Alexandre Pacot

Léandre Lozouet : J’attends cette course depuis longtemps. Je pense m’être bien préparé. Donc l’objectif sera de viser un podium et si possible la gagne avec l’équipe. Le placement sera primordial, tout va se jouer lors des 5 premiers secteurs pavés. Je suis motivé comme jamais !

Estavan Delaunay : On a une belle équipe au départ, on vient pour gagner. J’ai à cœur de bien débuter ma saison avec AG2R CITROËN U19 TEAM, et de découvrir Paris-Roubaix. J’aime ce type de terrain, j’espère pouvoir m’exprimer de la plus belle des manières.

Matys Grisel : On a une équipe solide, l’objectif est de la gagner et d’être plusieurs dans les places d’honneur. Ce sera rempli de suspense et d’inattendu. Personnellement, j’aimerais être au contact de l’équipe le plus longtemps possible en me surpassant. Cette course est l’un de mes principaux objectifs de la saison.

Niels Michotte : L’équipe a beaucoup bossé et investi pour qu’on arrive dans les meilleures conditions le jour de la course. On a tous appris de nos erreurs et des bienfaits des dernières courses et on est prêt à les appliquer. On a la motivation pour ramener la première victoire de la saison à l’équipe. Je me concentrerai sur le placement et l’observation de la course. Sur ce type de course, on ne peut rien prévoir à l’avance, l’arrivée se fera sûrement en comité réduit. Le vainqueur sera celui qui trouvera la balance entre sa puissance et la protection de son matériel.

Alexandre Binggeli : L’objectif de cette année est de faire mieux que l’année dernière, comme un podium. Je souhaite faire un bon travail pour l’équipe et être dans les meilleurs juniors première année. La course va vraiment commencer à l’entrée du premier secteur.

Mathéo Barusseau : Ce sera une course nerveuse dès le départ. Les plus costauds sortiront dans les enchaînements des secteurs pavés. On peut gagner, on a des ambitions et nous sommes en forme. J’ai pour objectif d’aider l’équipe à y arriver avec les consignes des coachs.

Le résumé :

Paris Roubaix se déroule cette année sous un magnifique soleil. Le départ est donné de Lecelles. Les coureurs n’attendent pas les premières zones pavés pour se livrer bataille. Les premiers 28 kilomètres de route sont avalés à vive allure par un peloton nerveux. Le premier secteur fait déjà des ravages (chute et problème mécanique). Léandre Lozouet en fait les frais. Il se retrouve à l’arrière de la course et doit batailler pour reprendre sa place dans le peloton. Le peloton n’attend pas, et avale les secteurs 16 et 15. Mathéo Barusseau profite d’un moment de calme après la zone ravito pour tenter de prendre le large. Étant seul, il est repris dans le secteur suivant. Niels, Alexandre, Matys, Mathéo et Estevan sont présents dans le peloton principal et se battent pour ne pas se faire piéger. A l’approche du secteur 11 de Mons en Pévèle, Alexandre B. doit changer de vélo suite à un problème de Di2. Le changement de vélo est rapide et il reprend sa place dans le peloton. Pendant ce temps-là, Matys a pris de l’avance en tête de course. Seul, il est repris un peu plus loin. A moins de 50km de l’arrivée, le peloton compte moins de 45 unités. Estevan doit également changer de vélo suite à une crevaison lente qui l’handicape depuis plusieurs kilomètres. Il reprend sa place dans le peloton plus loin avec Léandre qui parvient enfin à rentrer dans le peloton après 50 kilomètres de chasse. A l’approche du secteur 6 de Cysoing à Bourghelles, Niels parvient à s’échapper avec 2 autres coureurs (Victor Dattin, FRA et Henrik Pedersen DEN). Ils prennent rapidement de l’avance, le peloton temporise. Niels s’échappe seul dans le secteur suivant. Il est maintenant seul en tête avec plus d’une minute d’avance sur le peloton. A l’entrée de l’enchaînement de Camphin en Pévèle et du Carrefour de l’Arbre, il compte 1min30 d’avance. Il fait forte impression et ne perd pas une seconde. A 10km de l’arrivée, l’écart est inchangé mais Niels commence à montrer des signes de faiblesse. Il s’accroche et essaie de ne perdre aucune seconde. Dernières ses coéquipiers font un formidable travail en parant toutes les accélérations des concurrents. Niels tient tête au peloton jusqu’à la fin et entre dans le vélodrome seul. La victoire est là ! Sachant la victoire acquise pour Niels, Matys, Mathéo et Léandre livrent leurs derniers efforts pour aller décrocher des places d’honneur. A la suite d’un mouvement collectif, Léandre parvient à prendre quelques mètres à l’entrée du vélodrome et décroche la 3ème place. Matys et Mathéo terminent respectivement 10 et 16ème. Estevan après avoir aider l’équipe toute la course, termine dans le peloton et prend la 29ème. Alexandre victime d’une chute termine un peu plus loin à la 51ème place.

Les interviews d’après course :

Niels Michotte : C’est incroyable, j’ai toujours du mal à y croire. Il y a trois semaines, lorsque j’étais malade, ça me paraissait infaisable, je me suis surpris moi-même. Je me suis beaucoup concentré, je ne voulais faire aucune erreur et canaliser mes émotions, surtout après ma chute. En passant la ligne, j’ai craqué et je me suis laissé aller. Les 10 minutes après l’arrivée ont dû être les plus émotionnelles de ma vie. Le soir-même, on l’a fêté avec l’équipe. C’était un rêve de gosse de gagner ici, mais cette saison, c’était devenu un objectif. Comme tout objectif accompli, on passe à autre chose. Le placement était important. J’ai bien géré mes efforts sans trop en faire. J’ai chuté à la sortie de Mons-en-Pévèle et ma cuisse gauche a été touchée. Mais je suis rapidement revenu sur le 1er groupe, en m’étirant pour éviter la crampe. Les à-coups faisaient mal, c’est à ce moment qu’il y a eu un moment de battement et je me suis dit qu’un effort constant serait plus facile et je suis donc sorti, rejoint peu après par 2 coureurs ne voulant pas collaborer. Je suis donc ressortie seul dans le secteur suivant. Mon avance commençait à fondre à 5 km de l’arrivée, heureusement que j’avais une belle avance avant les routes urbaines. Lever les bras sur le vélodrome restera à toujours graver dans ma mémoire. Les nuits sont assez courtes depuis dimanche, je pars pour une semaine de stage sur piste, cela me permettra de digérer ce qui vient de se passer. Les pavés sont vraiment impitoyables !

Léandre Lozouet : Je reviens de loin, j’ai eu un problème mécanique à un moment clé. Alors qu’avec l’équipe, nous étions parfaitement bien placés. Je me suis dit : «Oh non pas maintenant ce n’est pas possible», tout en restant calme. Avec 2 minutes de retard, j’ai mis 50 kilomètres à rentrer sur le groupe, juste avant l’attaque de Niels Michotte. J’ai réussi à souffler 10-15 km grâce au travail de mes coéquipiers, pour être en forme dans les derniers secteurs pavés. La victoire de Niels Michotte et ma 3ème place sont une réelle satisfaction, c’est le fruit du travail du staff et des entraîneurs. Matys Grisel et Mathéo Barusseau viennent aussi chercher de très belle place. Malheureusement, Alexandre Binggeli et Estevan Delaunay ont eu de la mal chance dans le final qui les prive d’une belle place.

Matys Grisel : Paris-Roubaix était la course de mes rêves, maintenant que j’ai pu la vivre, ça n’a pas changé. C’est une course incroyable, une course de guerrier. J’y ai pris beaucoup de plaisir. Nous avons pu courir collectivement et cela a marché. ! À la sortie de certains secteurs pavés, il y avait la foule, les applaudissements, les cris… C’était juste incroyable. Et avec le résultat, c’est une journée, rempli d’émotion et de souvenirs que je vais garder très longtemps.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.