Grand Prix Bob Jungels

Direction le Luxembourg pour le Grand Prix Bob Jungels 2022. 11 tours de 12 kilomètres sont au programme, soit un total de 131,1 kilomètres avec 1 400 mètres de dénivelé positif.

Les équipes alignées :

30 équipes et 13 nationalités seront présent sur la ligne de départ. L’équipe Cannibal Team arrive une fois encore avec un très bon collectif avec notamment Artem Shmidt. FlandersColor sera également de la partie, avec comme leader Joshua Tarling. . D’autres équipes capables de fonctionner collectivement seront également au départ. Retrouvez ici la liste des engagés.

Notre équipe engagée :

Nous alignerons une équipe 100% française au départ de la Bob Jungels. Estevan Delaunay a de l’expérience sur cette course, lui a déjà couru ici la saison passée. Antoine Barière et Arthur Blaise courent pour la première fois sous les couleurs d’AG2R Citroën U19 team, ça sera l’occasion pour eux de prendre leur marque tout en ayant un rôle précis au sein de l’équipe. Mattéo Viardot, Mathéo Barusseau et Matys Grisel sont en grande forme et souhaitent continuer sur la bonne dynamique de l’équipe depuis le début de saison.

Les interviews d’avant course :

La Bob Jungels est notre première, et seule, course de la saison en circuit. C’est une course que nous apprécions de par son originalité et son dénouement indécis. La victoire se joue depuis la première édition au sein d’une échappée de 5 à 10 coureurs. La répétition des bosses fera des dégâts et un écrémage par l’arrière. La victoire devrait se jouer au sein d’une échappée qui se dessinera à mi-course.

Yann Holé

Matys Grisel : Nous aurons une grosse équipe au départ, nous n’aurons pas peur de nous montrer et aurons pour objectif de gagner. Le parcours me correspond bien et j’aimerais y faire mes preuves. Je vois bien une arrivée en comité réduit.

Mathéo Barusseau : Nous pouvons gagner, comme à chaque course à laquelle nous participons. Ce sera un travail collectif pour y arriver. J’appliquerai les consignes du coach pour qu’on fasse le meilleur résultat. Je pense que la course sera très sélective, avec une importante sélection par l’arrière. Les favoris devraient se jouer la victoire dans la dernière bosse.

Antoine Barière : Nous allons essayer de jouer les premiers rôles, pour pouvoir décrocher un résultat. Je suis super excité et motivé à l’idée de courir avec l’équipe et de découvrir ma première course UCI. Pour y arriver, je suivrai bien les consignes du coach. La course se jouera à la pédale car le parcours est sélectif et relativement long. 

Mattéo Viardot : Notre but est de gagner, nous avons plusieurs cartes pour. Les rôles précis ne sont pas encore déterminés, mais je pense que je devrais prendre des tentatives d’échappées qui peuvent se détacher du peloton au vu du parcours usant.

Estevan Delaunay : Nous allons essayer de continuer la bonne dynamique installée depuis plusieurs courses. L’objectif est de partager l’expérience que j’ai pu acquérir de l’équipe l’année dernière, tout en gardant en tête que je peux aller chercher un bon résultat. Ayant déjà pris le départ l’année dernière, je sais comment peut se dérouler la course. Ce sera une course rapide, l’échappée qui sera parti à mi-course aura de grande chance de gagner comme on a pu le voir les années précédentes.

Arthur Blaise : On vient toujours pour gagner. On a une équipe jeune, soudée et forte qui va tout faire pour animer la course. Je suis impatient de découvrir ma première course UCI et je vais tout donner pour l’équipe. Le circuit est exigeant, avec sûrement du vent. Je vois bien un petit groupe se jouer la gagne.

Le résumé du DS :

« Début de course très rapide et très nerveux, la première heure de course est parcourue à 44 km/h de moyenne. Les premiers kilomètres sont rythmés par les chutes, nous passons à travers mais certains coureurs se retrouvent piégés et obligés de fournir un effort pour retrouver le peloton principal. Une échappée de 3 coureurs prend quelques dizaines de secondes d’avance à l’amorce du deuxième tour, l’écart ne dépassera pas la minute. Le peloton est morcelé du fait des chutes mais l’ensemble de l’équipe est présente dans le peloton principal. Une fois les fuyards repris, Mathéo et Estevan profitent d’un moment de flottement pour descendre à la voiture se ravitailler et prendre des informations.

Les coureurs avaient comme consignes d’être très vigilants et opportunistes à partir du 5ème tour. Antoine s’isole à l’avant avec deux coureurs, ils parcourront une dizaine de kilomètres avant d’être repris. Le reste de l’équipe en profite pour souffler et se ravitailler. Antoine paie ses efforts à l’avant et se retrouve distancé dans les voitures. Une échappée de 2 coureurs prend le large, Estevan en tant que capitaine de route décide de faire rouler l’équipe. Le peloton se regroupe à 45 km de l’arrivée.

5 coureurs partent en échappée dont Thom van der Werff de Watersley que nous avions pointé. L’écart monte à la minute, Arthur prend les choses en mains et roule en tête de peloton pour limiter l’écart. Il n’est pas relayé et le peloton se regarde, ce qui permet à l’échappée de prendre 1’30 » d’avance. Elle ne sera pas reprise.

Mathéo, après un passage dans les voitures suite à une chute, décide de partir en contre accompagné de Rasmus Perto (Team Mascot Workwear) dans le dernier tour. Ils échouent à 53 » des hommes de tête, Mathéo signe une belle 7ème place.

Mattéo et Matys terminent 3ème et 5ème du sprint du peloton, respectivement 12ème et 14ème au classement final. Estevan termine également dans le peloton à la 66ème place. Antoine et Arthur terminent plus loin après avoir travaillé pour l’équipe.

Le bilan est mitigé. Nous nous attendions à une course de placement mais nous nous faisons quand même piéger par les nombreuses chutes. Tous les coureurs ont tenu leur rôle, l’équipe à bien réagit suite aux différentes échappées mais nous ratons quand même la bonne. Tous les coureurs terminent la course malgré la nervosité, les chutes et la chaleur. 92 arrivants sur 172 partants. »

Les interviews d’après course :

Mathéo Barruseau : C’était une course en circuit avec de nombreux changements de routes ce qui rendait le peloton très nerveux avec beaucoup de chutes. On a loupé la bonne échappée, mais nous avons tenté un coup de force dans la bosse à 2 tours de l’arrivée et j’ai réussi à sortir avec un Néerlandais. Cela m’a permis de prendre la 7ème place. L’équipe a fait un bon travail et nous sortons de cette épreuve avec de l’expérience.

Matys Grisel : C’était une course très rapide sur un circuit très exigeant, avec la première grosse chaleur de l’année. Malheureusement nous n’étions pas bien placés au moment où la course s’est faite. C’était une belle course d’équipe mais pour ma part le résultat n’est pas à la hauteur de mes sensations.  

Antoine Barière : La course était très rapide, avec beaucoup de nervosité dans le peloton. Je suis super content de mon placement et d’avoir bien suivi les consignes du coach. Avec la chaleur, je n’ai pas réussi à bien m’alimenter ce qui fait que j’ai eu des difficultés en fin de course. C’était une superbe expérience avec l’équipe, j’ai fait des erreurs mais je ferai en sorte à ce qu’elles ne se reproduisent pas. J’ai découvert les courses d’équipe et j’ai la satisfaction d’avoir réussi à prendre part dans une échappée à mi-course.

Arthur Blaise : La course en circuit a rendu le peloton très nerveux, ça frottait beaucoup et le placement était primordial. Nous avons bien couru en équipe, nous avons essayé de contrôler les tentatives d’échappée mais aussi d’y être représenté. Malheureusement, la bonne échappée part sans nous. Pour ma part, je chute à 4km de l’arrivée avant la dernière montée. C’est dommage mais ça arrive, nous reviendrons plus forts.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.